Personnel

Angéline

11 mars 2008

Une combattante se pointait le bout du nez, après avoir vécu de grandes choses, en ne se doutant pas que d’autres épreuves l’attendaient. Elle se séparait de sa jumelle après 38 semaines de cohabitation. Elle a alors amorcé sa vie hors de mon bedon, jumelle unique, avec toute sa force.

À ce moment-là, je n’aurais jamais pu imaginer ce que serait sa fin de primaire. Encore moins avec confinement et distanciation alors qu’on craignait pour sa vie depuis tant de semaines…

J’ai vu grandir dans les douze dernières années, une fille douce, merveilleuse, attentionnée et aidante. La fierté qui m’a envahie lors de cette journée où les enseignantes ont tenté de clore ces sept années de primaire, est tout simplement indescriptible.

Je me rappelle la voix de l’échographiste « vos filles ne vont pas bien ».

À Ste-Justine, on craignait surtout pour la vie de bébé B. Voilà qu’elle vient de terminer sa vie d’élève de primaire.

Mon bébé B, ma Hollie, ma combattante, mon espoir. Comme le temps passe rapidement, c’est tout simplement incroyable. Il me semble que c’est hier qu’on se démenait pour lui faire prendre du poids, qu’elle idolâtrait Buzz Lightyear et qu’elle promenait ses bébés jumeaux dans un porte-bébé.

Sa persévérance ne date pas d’hier. Elle n’avait que 20 semaines intra-utérines qu’elle se battait déjà pour avoir le dessus sur ce que la vie lui faisait vivre. Elle ne s’est jamais laissée abattre par les épreuves, qu’elle ait 2 ans ou 11…

Ma belle Angéline

Je sais ma belle amour que la fin de ce chapitre ne se passe pas comme tu l’aurais souhaité. Que tu rêvais du bal,  des adieux symboliques, plein de câlins et de solidarité humaine. Tu as marqué cette année au fer rouge avec ta détermination et ta persévérance légendaire.

Belle Paillette, belle sportive, belle âme, ton avenir t’attend et il t’appartient.

Je t'aime plus que 3 fois 1000